• Accueil
  • Mon village
  • Versant durable
  • Transition écologique et enjeux au Grand-Bornand

Transition écologique et enjeux au Grand-Bornand

  De nouveaux enjeux pour la montagne française

Notre village dispose de formidables atouts que nous avons su préserver et valoriser de longue date :

➔ Un cadre de vie et une nature remarquable avec près d’un tiers de la Commune classée en espaces protégés et 96% du territoire est en zones naturelles et agricoles au PLU

➔ Une population de plus de 2 000 habitants – qui décroît légèrement au dernier recensement – mais qui jusque-là résiste mieux à la baisse que subit grand nombre de villages touristiques de montagne 

➔ L’héritage d’un patrimoine bâti exceptionnel

➔ Notre commune est la 1ère commune agricole du département, berceau du reblochon fermier. La filière agricole représente 6% des actifs et 60% des agriculteurs ont moins de 40 ans

➔ Une économie qui ne repose pas uniquement sur le tourisme mais sur l’artisanat, l’agriculture, le bâtiment, les commerces, les services et activités libérales

➔ Un tissu social riche avec près de 90 associations, des équipements et services qui permettent de bien vivre toute l’année

➔ Un tissu social riche avec 88 associations et amicales, un village doté d’équipements et de services, un village qui vit toute l’année

➔ Un outil collectif, notre domaine skiable, qui permet de faire vivre et travailler une grande partie des habitants

➔  Nous disposons d’un parc immobilier de qualité : selon une étude publiée récemment, Le Grand-Bornand arrive 8ème sur 70 du classement des performances énergétiques des logements des stations de montagne, avec seulement 29% de passoires thermiques. Ce qui témoigne de la bonne qualité des constructions et de l’attachement des propriétaires à l’entretien de leur patrimoine

Le Grand-Bornand a toujours cherché à favoriser un développement économique en adéquation avec les enjeux de préservation de son environnement naturel et patrimonial, source même de notre économie.

Le modèle qui a porté le développement de la montagne française ces dernières décennies est désormais fragilisé, que ce soit par la crise sanitaire qui nous a contraints à ne pas ouvrir le domaine skiable, la hausse des coûts (énergie, alimentation, matériaux…) qui pèse sur les finances de chacun, une baisse de 20% du volume de neige depuis 40 ans sous 1500m d’altitude (source, The Shift Project), ou les phénomènes de sécheresse et canicule qui ont des répercussions sur nos activités, notamment agricoles.

La montagne est ainsi très directement impactée par les défis environnementaux et des questions légitimes se posent sur le devenir de nos territoires. Nous sommes conscients que tout développement et toute activité exerce une pression sur l’environnement. 

Face à cette situation globale et complexe, Le Grand-Bornand cherche à s’approprier ces enjeux et faire sa part, en mettant en œuvre sur notre territoire des actions concrètes dans les domaines dont nous avons la maîtrise afin de garantir notre équilibre et maintenir une population active. 

Mais nous savons et reconnaissons aussi que nous ne disposons pas de toutes les réponses, et nous voulons rester humbles devant les enjeux qui s’additionnent.

Notre démarche

Le Grand-Bornand a accéléré sa démarche durable depuis 2020 en s’inscrivant dans le parcours de labellisation « Flocon Vert » qui a permis une première organisation politique et technique sur ces sujets. Loin de représenter une fin en soi, l’obtention du label confirme l’engagement durable du Grand-Bornand sur la base de vingt critères intégrant les notions de gouvernance et d’équilibre économique, et les aspects socio-culturels et de gestion des ressources  naturelles.

Le Conseil municipal est engagé dans une stratégie globale ayant pour objectif le maintien de la qualité de vie sur le territoire.

Plusieurs constats et résolutions y sont associés :

1. Nous avons un impact écologique et nous commençons à le subir
➔ Il faut se poser les bonnes questions, faire notre part en acceptant l’inconnu.

2. Notre modèle économique donne des signes de fragilité et d’essoufflement
➔ Il faut anticiper et imaginer, pour demain, notre propre modèle.

3. Les attentes sociétales évoluent
➔ Nous devons rester ouverts et créatifs, faire ensemble, différemment.

Pour évaluer nos impacts, définir les priorités et les trajectoires nouvelles à envisager, la Commune s’est rapprochée de l’Université Savoie Mont Blanc (USMB) pour son expertise sur les problématiques des territoires, pour ses compétences pluridisciplinaires en recherche et en formation mais aussi pour cette aspiration partagée d’une montagne à la fois durable et accueillante. C’est ainsi qu’en 2022 est né Le Grand [La]BO, un laboratoire unique à ciel ouvert, pour dessiner ensemble la montagne de demain.

Notre méthode

Partage de connaissances : des ateliers thématiques, des sensibilisations et des évènements dédiés, notamment dans le cadre du Grand [La]BO, seront organisés régulièrement. En 2022, nous avons recruté un agent municipal dédié à ces questions.

 

Actions du quotidien : nous poursuivrons nos efforts en 2023 pour réduire notre empreinte et développer une dynamique de transition, avec notamment :

➔ La réduction de l’éclairage public, initié en novembre dernier. Objectif : favoriser la vie de la biodiversité nocturne, réduire de 40% nos consommations électriques sur l’éclairage public dès 2023 et -70% d’ici cinq ans.

➔ Un plan de rénovation du patrimoine bâti communal avec pour objectif économie d’énergie et haute performance énergétique.

➔ Le recours à la géothermie, déjà installée à la Source et au bâtiment du Charmieux, et l’étude d’un réseau de chaleur au village pour chauffer bâtiments publics et privés.

➔ L’adaptation du parc des véhicules communaux.

➔ Les projets d’amélioration des mobilités douces : une réflexion est avancée sur un cheminement le long du Borne dans la vallée du Bouchet, et qui se prolongerait jusqu’au centre-village de St Jean de Sixt.

➔ L’écoconception de nos évènements, en améliorant le tri et recyclage, et en supprimant l’ensemble des produits plastiques à usage unique.

La réflexion sur la mise en place prochaine de jardins partagés.

Voir le site de l'office du tourisme

En un clic